Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 élévation

élévation

Parcours initiatique Philosophico-Spirituel à travers mes rencontres et lectures liées au paranormal et à l'ésotérisme.


Florence Hubert (2ème rencontre)

Publié par Yann-Erick sur 2 Février 2016, 13:57pm

Catégories : #Médiums-Voyants

Discussion avec la médium, quatre ans après notre première rencontre.

 

Vidéo d' 1H23
en trois parties.

Suivit d'un document exceptionnel
(et incompréhensible) d'un "son fantôme".

Durée: 29 minutes.

Durée: 29 minutes.

Durée: 25 minutes (avec une belle crise de rire à la 14ème minute).

3- Phénomène étrange:

Durant le montage vidéo de la 2ème partie, au milieu de la 4ème minute, un son (une voix?) venu de nulle part et très court a attiré mon attention. J'ai dû mal à en tirer la moindre explication, partir dans des conclusions du genre transcommunication instrumentale. Mais tout de même le son est là.

A l'enregistrement, bien sûr, on n'a rien entendu, et c'est extrêmement troublant de voir que juste après je ne savais plus quoi dire, j'avais perdu le fil de ma pensée et Florence Hubert aussi d'ailleurs. Nous avons été comme déconnectés du réel, pile au moment où ce son s'est enregistré sur mon micro.

Dans cette 2ème partie donc, je lançais la discussion sur le discernement à avoir vis à vis des esprits en précisant que j'avais quand même bien du mal à m'élever ainsi, peut-être parce trop bête...
Mais voyez plutôt la 5ème seconde de cet extrait (coupé du montage final):

(Apparition du son à la fin de la 5ème seconde)

1) Je me demande d'où vient ce son (très court mais audible).
Cela ne provient de la rue, où moteurs et klaxons sont facilement reconnaissables. 

Ce n'est pas non plus un bruit de bouche de ma part, cela se verrait. Or clairement, et quelque soit l"angle de mes caméras, on voit bien que j'ai la bouche fermée. Idem pour Florence Hubert. 
Cela ne peut pas être un problème technique (ni même un bug de post-production) car toutes les caméras ont enregistré le même son comme le démontre la vidéo suivante:

2) Je me demande bien ce que ce son veut dire? 
Peut-être: "Y'a quelqu'un" ou "en tout cas" ou "31".
Cela ressemble en tous cas sur certains ralentis à une voix masculine.

Il m'était arrivé un peu le même genre de phénomène avec le montage de mon émission avec Maryline BelgyMais c'était suite à une manipulation de l'image et du son que j'avais ralenti, tandis que cette fois-ci la vidéo est à l'état brut.

Il m'était arrivé aussi une soi-disante apparition d'entité lors de la vidéo de la séance médiumnique en public avec Christine AndréMais cétait une erreur de mixage vidéo de ma part (deux angles de caméra s'étant téléscopés).

Pour ce son inconnu qui s'intercale dans notre discussion, ce n'est donc pas pareil.
Florence Hubert et moi, n'avons rien fait (ni souhaité
) pour que ce "fantôme" sonore arrive. Nous n'étions pas en scéance médiumnique. C'est vraiment ce que l'on peut appeler: un phénomène spontané (voire une grâce?).

Bien entendu, cherchant à comprendre, mon imagination (ou intuition ?) prend la suite dans l'étrange. J'ai fais travailler ma mémoire en remontant mes souvenirs du jour de la vidéo. En prenant garde de ne pas ré-écrire le passé car je sais bien que les témoignages humains ne sont plus très fiables après 20 minutes.  Et rapidement ressurgit l'histoire de ce jeune homme dont les affaires étaient entreposées là où nous avons filmé (et dont je n'ai eu connaissance qu'à la fin de l'enregistrement en off en discutant avec Florence). Sans le savoir, je m'étais arrêté en extase devant l'un de ses tableaux en quittant l'appartement et c'est comme cela que Florence en ai venu à me parler de lui, me montrer ses autres peintures, ses photos, son bureau, ... Il s'appelait Yann, était à la fois sacrément doué en peinture, beau et médium; mais décédé depuis des années (il a quitté ce monde à 30 ans, subitement en pleine nuit dans son lit). Peut-être est-ce lui qui s'est manifesté ???? Je me souviens, en effet, qu'après avoir quitté les lieux, j'ai continué de penser à lui. Impressionné sur son destin tragique, je m'étais même pris de compassion pour sa soeur Michèle (que je ne connais absolument pas mais dont je trouvais bien difficile les épreuves qu'elle a eu à traverser). Chemin faisant vers ma voiture, je me disais donc que j'aurais bien aimé en savoir plus et que cela meriterait bien un entretien sur élévation... Qu'il était bien dommage de ne pas avoir fait une vidéo avec ce médium talentueux. Et même, si il m'entendait de là-haut, que ce dernier n'hésite pas à prendre contact pour un entretien post-mortem. Et oui, pourquoi pas ? Puisque de son vivant il pouvait communiquer avec les morts, maintenant qu'il est de l'autre côté, son don de contact s'est peut-être inversé?  Un médium dans l'au-delà doit certainement encore mieux savoir communiquer avec nous, non ?

Bref, à ce jour, je pense que c'est lui qui s'est manifesté. Déduction uniquement basée sur mon ressenti. J'en ai bien entendu fait part à Florence Hubert, dont voici les réponses:

le 30 avril 2015:

"je viens d'écouter l'enregistrement sur Internet. je suis scotchée.
Je pense qu'il s'agit effectivement du frère de Michèle qui me reçoit chez elle.
Je crois entendre "on te soutient" ou "on soutient".
Je pense effectivement que c'est une voix transcendantale.
C'est impressionnant je vais la faire écouter à Yves Linès qui est spécialiste de TCI.
En tout cas, c'est très sympathique; et "on te soutient" est encore plus sympathique: ça veut dire qu'on est sur le bon chemin." 

le 12 mai 2015:

"Je viens d'avoir Yves Linès. Selon son analyse, c'est une voix de souffle, c'est puissant. Une voix de guide spirituel qui dit: "on te tiens". Il faut l'interpréter comme un soutien, quoiqu'on fasses, quoi qu'on dise; ils sont là, nous soutiennent. 
"On te tiens" est donc pour Yves Linès la phrase qu'il faut entendre comme un encouragement et un soutiens."

12 juin 2015, ayant quelques scrupules à supprimer définitivement l'enregistrement vidéo du disque dur de ma caméra, j'ai revisionné la totalité une dernière fois. Il se trouve que en "off" (pendant la préparation en coulisse) j'ai retrouvé deux autres sons inexplicables. Ci-dessous, voici donc la totalité de ces "sons fantômes" enregistrés en février 2015 et dont je ne m'explique toujours pas la provenance.

Yann-Erick

************************

Prochainement (peut-être), une autre vidéo sera réalisée avec Michèle pour parler de son frère médium décédé: Yann et en compagnie de Florence Hubert.

Peut-être que Yann pourra se manifester d'une façon plus intelligible, exceptionnellement je laisserai quelques silences pour voir si ces étranges sons répondent encore une fois.

A suivre, donc...

Yann-Erick

P.S: 
Ce qui est assez troublant, c'est que début juin, un collègue de travail m'a parlé de son fils décédé (pour faire court: devenu majeur, il s'était installé sur Paris, a eu de mauvaises fréquentations, s'est mis à faire la fête, fumer de l'herbe..., commençait même à entendre des voix dans sa tête; et a mis fin à ses jours en se jetant sous le métro) et que ce dernier s'appelait aussi Yann. Mon prénom étant Yann-Erick (comme chacun sait) je commence à me poser des questions.

Plus d'infos:

- le Témoignage audio de Michèle M. (cité au début de la 2ème partie).

6- Le film "Nosso Lar" ("Notre Demeure") conseillé par Florence Hubert et basé sur les écrits du médium Chico Xavier.

- L'histoire de la séance médiumnique avec Sir Conan Doyle, que je résume approximativement au début de la troisième partie contient une erreur.
Sir Conan Doyle, bien que convaincu par le spiritisme, n'a rien à voir dans l'affaire.
L'histoire reste cependant anglaise: la médium s'appelait Blanche Cooper et les deux protagonistes sont Franck Soal et Gordon Davis. 
Dans le "Parasciences" hiver 2010/1011 numéro 80, page: 25, l'histoire est relatée par Jean-Michel Grandsire sous le titre: "l'affaire Gordon Davis".

En voici un extrait (merci J-M Grandsire):

"En 1922, la « Society for Psychical Research », la fameuse SPR, était au sommet de sa gloire.

Un maître de conférence en mathématiques à l'Université de Londres, le docteur Franck Soal, présidait à des recherches paranormales dans cette honorable société en compagnie d'un médium fort réputé, du nom de Blanche Cooper.

Ce médium générait des phénomènes de « voix directes », c'est-à-dire que, lorsqu'elle était possédée, elle reproduisait en parlant la voix même de l'esprit, comme d'autres médiums étaient capables de reproduire l'écriture d'un défunt.

Après de nombreuses expériences qu'il serait trop long d'exposer ici, Blanche Cooper produisit le cas le plus extraordinaire qui ait été donné d'étudier.

Au cours d’une expérience menée sous la direction de Soal, Blanche Cooper incarna un homme à la voix claire et bien articulée. Dès les premières paroles, Soal eut l'impression qu'elle lui était familière. Lorsque le personnage déclina son identité, un certain Gordon Davis, Soal se souvint de cet ancien camarade de classe qu'il avait fréquenté pendant trois ans avant la première guerre mondiale, tout en ignorant son adresse et celle de sa famille.

Il l'avait complètement perdu de vue, quand il le rencontra en 1916. Davis partait comme officier d'infanterie pour le front français. Plus tard, Soal apprit incidemment qu'il avait été tué.

Pendant la séance d’incorporation, Davis rappela tous les souvenirs communs aux deux hommes et donna un grand nombre d'autres renseignements précis ignorés de Soal, notamment sur la maison qu'il habitait avant sa mort.

Tous les renseignements fournis par le médium au cours des séances qui eurent lieu en janvier 1922 furent considérés comme parfaitement conformes à la réalité dans une enquête qui eut lieu trois ans plus tard...

L'affaire se complique, cependant.

En 1925, tout à fait par hasard, Soal se trouva nez à nez dans la rue avec un homme qu'il reconnut aussitôt. Il s'agissait – vous l'aviez deviné – de Gordon Davis !

Ainsi donc, une médium avait incorporé un être encore incarné, lui avait inventé une destinée posthume et avait décrit ses habitudes de vie avec un luxe de détails avant sa fausse mort…

Car le fait le plus extraordinaire, dans cette affaire, c'est qu'au moment des séances, Davis n'habitait pas encore la maison décrite par le médium : il était sur le point de la louer.

Il y a eu donc préconnaissance et préconnaissance « duplicative », selon les termes des parapsychologues, c'est-à-dire superposable en détail à la réalité qu'elle annonçait.

En effet, à l'époque de la séance, Davis ne pouvait savoir par aucun moyen rationnel quelle allait être la disposition de son intérieur dans un endroit qu'il n'habitait pas encore. Fait plus extraordinaire encore, Blanche Cooper décrivit en janvier 1922 des tableaux que Davis n'acheta qu'en 1924...

Nous nous trouvons là devant un cas de premier ordre dans le sujet qui préoccupe Parasciences, à savoir la recherche des preuves concernant la réalité de la survie.

Et l'affaire Gordon Davis nous montre que les faits sont parfois bien plus complexes que l'interprétation que nous en donnons.

Ce cas nous amène à déduire plusieurs axiomes que nous pouvons définir ainsi :

1. Un médium peut incarner un vivant supposé mort de la même façon qu'un mort.

2. Le personnage ainsi incarné est d'un réalisme total, ce qui peut faire présumer que le vivant est plus facile à identifier que le mort.

3. Le personnage ainsi incarné est une fabrication collective du sujet et du consultant.

4. Le médium peut pénétrer le passé et l'avenir d'une personne éloignée avec laquelle il est mis en relation mentale, même de manière uniquement inconsciente.

5. Le médium ne fait aucune différence qualitative entre l'information qui est censée venir d'un vivant et celle qui est censée venir d'un mort.

6. Le médium ne fait aucune différence entre les modes du temps."

Jean-Michel Grandsire

- Quelques livres de Gisèle Guiot, conseillée par Florence Hubert pour en savoir plus sur les rêves et l'au-delà.

- Entretien vidéo avec le Géobiologue (conseillé par Florence Hubert dans la troisième partie enregistrée en février 2015): Eric Jolly.

Commenter cet article

roger fournier 01/09/2015 16:23

Excellent lapsus entre le j'ai un gode,Satan et non palpable quelle séance de libre association.

fred 01/06/2015 10:16

J'en profite pour retranscrire la 4 ème de couverture d'un livre de ce médium que je viens de terminer.

Dans ce livre (missionnaire de la lumière), André Luiz révèle les secrets de la réincarnation, montrant le travail des esprits missionnaires chargés du processus de la renaissance.
L'auteur spirituel nous expose que la mort physique n'est en rien une fin et fait ressortir l'importance de l'effort personnel dans la lutte pour l'auto-perfectionnement.
En vingt chapitres, il nous parle de la continuation de l'apprentissage dans la vie spirituelle, du périsprit comme organisation vivante modelant les cellules de la matière, de la réincarnation orientée par les esprits supérieurs et des différents aspects des manifestations médiumniques.
Missionnaires de la lumière nous enseigne que la Divine providence accorde toujours à l'homme de nouveaux champs de travail à travers la perpétuelle rénovation de la vie par l'intermédiaire de la réincarnation.

fred 01/06/2015 09:59

Pour répondre, à Christian je ne suis pas sur si s'excuser est un signe de faiblesse car cela dépend pourquoi on le fait et je n'en dirai pas plus.
Sinon, je vous invite à lire aussi car on y apprend souvent encore bien plus de chose concernant l'au-delà; notamment par le peu de livres traduits en Français du médium Chico Xavier, enseigné depuis l'au-delà par le défunt médecin André Luiz (le personnage principale du film Nosso Lar). Vous y trouverez plein de réponses à vos éventuelles interrogations et bien plus encore.
Amicalement

Christian 31/05/2015 00:47

Je tiens à préciser le sens de mon message précédent lorsque je dis que le phénomène TCI nous dépasse, mais peut-être pas tant que ça. Imaginons une forme de vie supérieure à nous par son intelligence et sa maitrise de la technologie... Mais les messages que nous recevrions seraient de qualité CD, et leur teneur nous laisserait pantois ! On est loin du compte, et c'est un euphémisme de dire ça... S'il s'agit de "nos morts" nous parlant de l'au-delà, la mauvaise qualité technique des messages c'est comme une lumière rouge qui s'allume pour nous dire qu'en haut lieu c'est permis et toléré, mais pas beaucoup plus, pour dire quelques banalités, "Coucou, je suis bien arrivé ; Tout va bien...", ou bien des discours pompeux à n'en plus finir sans sens réel et sans aucun danger quant à la divulgation de ce qu'est vraiment le sens de la vie, le pourquoi de la conscience. Il pourrait n'y avoir que des cailloux et des végétaux sur terre, cela ne l'empêcherait pas de tourner rond et le soleil de luire tout autant.
Il ne faut pas compter sur la TCI pour nous apprendre les ultimes secrets de l'univers, sinon il y a longtemps que nous ne nous poserions plus de questions. A chacun de mener sa barque en évitant autant que possible les écueils, ou tout au moins d'essayer de se souvenir où ils se trouvent.
Voilà ! Fin des réflexions qui n'ont plus grand chose à voir avec la vidéo d'origine.
Christian

Christian 30/05/2015 22:39

A propos de la TCI involontaire. J'entends, "On te tient." Quel sens accorder à cette phrase ? Je ne sais pas ; c'est trop court pour se faire une opinion. Ce qui est étonnant c'est que toutes vos caméras ont enregistré le même son. Cela sous-entend s'il s'agit bien d'un phénomène paranormal, une volonté très forte de la part de l'intervenant mystérieux, car rappelons-le ce n'est pas signé. Le son est très clair, je n'ai pas eu besoin de l'écouter au casque ni même de pousser le volume, ce qui est quand même assez rare en TCI. Je me rassure en pensant à tout ça, qu'il s'agit d'une chose naturelle, mais qui n'est pas encore expliquée. S'il y a une cause transcendante à l'univers, à la vie, malgré les barrières posées la TCI a été rendue possible. A l'homme de l'étudier en prenant toutes les précautions nécessaires, sans jamais se laisser manipuler, utiliser, par un phénomène qui le dépasse, mais peut-être pas tant que ça.
@fred. Ne vous excusez pas, c'est un signe de faiblesse, dixit John Wayne dans un de ses nombreux westerns... et surtout vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez fait qu'exprimer votre opinion. De prime abord j'ai pensé comme vous. Je n'aimerais pas qu'un inconnu m'aborde en me disant "On te tient." Comme entrée en matière de relation on peut rêver mieux, quel que soit le sens réel pensé par l'interlocuteur. Mais le saura-t-on jamais ? Une chose à retenir, le "contact" n'a pas été voulu, provoqué, il s'est invité sur l'enregistrement d'un entretien de notre hôte, Yann-Erick.
Bien cordialement, Christian

Archives

Articles récents


mon compteur