Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 élévation

élévation

Parcours initiatique Philosophico-Spirituel à travers mes rencontres et lectures liées au paranormal et à l'ésotérisme.


Abbé René Laurentin

Publié par Yann-Erick sur 1 Mars 2008, 19:41pm

Catégories : #Religieux

Théologien Catholique, Mariologue.
 

Entretien Audio (en quatre parties)
réalisé en mars 2008.

Première Partie - Durée: 30 minutes


Deuxième partie - Durée: 29 minutes.


Troisième partie - Durée: 20 minutes.


Quatrième et dernière partie - Durée: 19 minutes.


http://blog.renelaurentin.com 

 20070831_FIG000000211_24105_1-copie-1.jpg

renelaurentin.jpg

 

9782213592688.jpg

 9782213604626-G.jpg

appama.gif

51WNGXVF0VL__AA240_.jpg 

     

 
 

Plus d'Infos:

- Article du "Journal Du Dimanche" de Juliette Demey (16 août 2015):

"L'Église reconnaît 16 apparitions dans le monde"

L'historien Patrick Sbalchiero a codirigé le Dictionnaire des apparitions de la Vierge Marie (avec René Laurentin, éd. Fayard, 2007).
Combien d'apparitions de la Vierge sont reconnues par l'Église?
Seize ont été établies par jugement. Entre 2.000 et 21.000 cas auraient donné lieu à une citation depuis les premiers siècles du christianisme. En réalité, on n'en sait rien. Pour notre dictionnaire, nous en avons recensé 2.400.
Pourquoi cette prudence face au merveilleux?
Cela ne tient pas qu'à la crainte des critiques scientifiques, mais aussi à un fait religieux : pour l'Église, les apparitions ne sont pas un objet de foi. Elle met en œuvre des moyens intellectuels rigoureux, avec des commissions de théologiens, historiens et médecins, mais elle n'est pas très à l'aise. Dans le ­milieu épiscopal, une blague circule : l'évêque prie la Vierge chaque soir en disant : "Chère Madone, n'apparaissez pas dans mon diocèse !" Ce sont des ennuis assurés. Des évêques trop favorables se sont fait remonter les bretelles par le Vatican. Certains milieux "illuministes" peuvent présenter des dérives sectaires.
En France, la dernière apparition date de 1947, à L'Île-Bouchard, en Indre-et-Loire. Pourquoi ces phénomènes ne se produisent-ils pas de manière régulière?
Il y en a eu beaucoup dans les premiers siècles du christianisme. Puis cela se tasse autour des IXe et Xe siècles, période de bouleversements de la société, de difficultés politiques et militaires. Elles reprennent avec l'essor de la vie monastique et de la littérature religieuse aux XIIe et XIIIe siècles. Puis redégringolent du XVe jusqu'aux Lumières, des esprits rationnels y portant peu d'intérêt. Enfin, le grand siècle des apparitions, c'est le XIXe. Depuis, c'est une épidémie.
Pourquoi?
C'est le siècle de la restauration catholique, du régime de la Restauration, du règne de Louis-Philippe. En France, on assiste à une série – 1846 à La Salette (Isère), 1858 à Lourdes (Hautes-Pyrénées), 1871 à Pontmain (Mayenne) – qui accompagne la création de nouvelles congrégations religieuses. S'ajoute un mimétisme : à Lourdes dans les semaines d'après, une trentaine d'apparitions ont toutes été classées sans suite. Au XXe siècle, cette multiplication est liée à l'avènement des médias colportant ces récits. C'est le cas depuis 1981 à Medjugorje, en Bosnie, où les visions ont déclenché des récits similaires dans des régions parfois lointaines.

«Il n'y a pas d'endroit de la planète où la Vierge n'apparaît pas.»

Ces apparitions servent-elles parfois l'Église?
À deux périodes, elles se sont conjuguées avec sa vision. Cela a été le cas pendant la Restauration au XIXe siècle, pour aider à intégrer la culpabilité que ressentaient nombre de Français après la Révolution ­vis-à-vis de la science et de la laïcité, vues comme une trahison de la foi catholique. L'apparition porte ce message : "Si vous ne revenez pas à l'essence de l'Église, vous subirez des cataclysmes." L'autre période s'étend de 1917, avec Fatima au Portugal, jusqu'au pontificat de Jean-Paul II. De nombreux récits coïncident alors avec une forme de lutte contre le communisme soviétique et son danger planétaire. Parfois l'apparition le mentionne de façon claire et réclame la "conversion de la Russie au Sacré-Cœur de Jésus". Cela correspond à un cheval de bataille du Saint-Siège qui dure jusqu'après la Seconde Guerre mondiale, avec l'émergence de l'Opus Dei ou des Légionnaires du Christ.
En France, il faudra attendre 2008 pour que le caractère surnaturel des apparitions du Laus, dans les Hautes-Alpes, en 1664, soit validée… Quels sont les critères?
Le premier est la délivrance d'un message, qui doit correspondre à l'enseignement théologique de l'Église catholique. Le second est la personnalité et la moralité du "voyant". On en a un exemple actuel autour de Medjugorje : les autorités catholiques voient d'un mauvais œil l'enrichissement d'un témoin parti vivre aux États-Unis et marié à un mannequin… Il existe aussi de "faux voyants" comme cette femme de Plombières-lès-­Dijon condamnée pour escroquerie. Ensuite vient l'enquête.
En quoi consiste l'investigation?
Elle suit une procédure canonique codifiée entre le XIe et le XIIIe siècle. D'abord une enquête de voisinage un peu officieuse. Si et seulement si les apparitions ont pris fin, l'évêque du diocèse peut lancer une enquête officielle. Ultime critère, elles doivent avoir porté des fruits tangibles : prières, conversions… Enfin, l'évêque statue. Soit elles sont jugées inexistantes, hallucinatoires ou pathologiques. Soit rien ne les confirme, mais rien n'est contraire à la foi catholique et les fidèles peuvent se recueillir. Soit l'évêque du diocèse – seul autorisé à émettre un jugement, même le pape ne peut intervenir – confirme l'origine surnaturelle.
Dans quels pays recense-t-on le plus d'apparitions?
Les trois champions sont l'Italie, la France et les États-Unis. Puis l'Espagne et le Portugal, l'Afrique noire, l'Amérique centrale et latine. On a aussi des cas dans le monde orthodoxe et au Proche-Orient. En dehors de l'aire protestante – la Scandinavie et une partie de l'Allemagne –, il n'y a pas d'endroit de la planète où la Vierge n'apparaît pas.

Abbé René Laurentin

Commenter cet article

coeurpauvre 18/07/2010 20:04



Les explications du Père René Laurentin sont pleines de simplicité et de transparence. On ressent dans sa voie beaucoup de miséricorde et d'amour donnés au prochain.


Merci pour ces entretiens.



Archives

Articles récents


mon compteur