Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 élévation

élévation

Parcours initiatique Philosophico-Spirituel à travers mes rencontres et lectures liées au paranormal et à l'ésotérisme.


Frère Antoine (1923-2021)

Publié par Yann-Erick sur 13 Février 2018, 08:17am

Catégories : #Religieux, #Rencontres, #Personnalités

Ermite de Roquebrune-sur-Argens (Var).

Audio de 41 minutes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  

            

Février 2018, en quittant Frère Antoine, j'ai voulu lui serrer la main. Comme pour mon arrivée dans sa chambre une heure auparavant, il a joint ses deux mains de son côté en rajoutant cette fois :
"Non pas de poignée de main! Un salut comme en Inde."
Devant mon visage étonné, il a rajouté avec un grand sourire :
"Est ce que la Vierge Marie a tendu la main à Bernadette Soubirous, à Lourdes ? Certainement que non, sinon elle serait tombée la pauvre petite."
Pas de poignée de main et encore moins d'embrassade donc, juste une inclinaison mains jointes comme entre moines et aussi en Inde. Ce fameux "Namasté" ("le divin qui est en moi salue le divin qui est en toi") si simple et respectueux (et aussi hygiénique).

Yann-Erick

Frère Antoine est parti rejoindre "Papa Yoga" le 22 octobre 2021

« Frère Antoine faisait sentir une présence avec trois fois rien »
Tribune du journal "La Croix" de Mathieu Yon (1/11/2021)  

Frère Antoine, l’ermite de Roquebrune-sur-Argens (Var), s’est éteint après 50 années de vie dans une grotte où il lisait et priait quand des randonneurs ne venaient pas à sa rencontre. Son ami Mathieu, dans la famille duquel Frère Antoine a fini sa vie, raconte les derniers instants d’un « esprit vif et lumineux ».

Je me souviendrai longtemps de ce trajet en voiture, de la maison de retraite de Roquebrune-sur-Argens à notre petite maison de Dieulefit. Il faisait nuit, nous étions au tout début du mois de novembre 2020. Dans le coffre de la voiture, deux petits sacs avec des livres et des vêtements. Pour frère Antoine, chaque déménagement était une occasion de s’alléger.

Je ne savais pas qu’il était possible de quitter un Ehpad à 97 ans. Quand il m’a demandé si nous pouvions l’accueillir chez nous, j’ai dit oui sans réfléchir. Dans ce trajet en voiture complètement improbable, il y avait un vent de liberté. Une prise de risque aussi. La direction de l’Ehpad avait été très claire : en pleine épidémie de Covid, si frère Antoine passait le portail, il ne pourrait pas revenir. Mon vieil ami ne semblait pas s’en inquiéter. Après trois heures de route, nous arrivâmes à Dieulefit. Il découvrit sa chambre pour la première fois, au rez-de-chaussée de notre maison de village donnant sur la rue. Il posa une tasse, un réveil, une présence. Frère Antoine faisait sentir une présence avec trois fois rien. Il rendait tangible l’épaisseur de la durée, et donnait l’impression de regarder le temps comme d’autres regardent un paysage.

Pendant un an, avec mon épouse Julie et nos deux enfants, notre vie s’est organisée autour de la présence de frère Antoine. La préparation des repas, la lecture quotidienne de l’Évangile, et nos petits rituels : fermer les rideaux de sa chambre le soir et lui faire une bouillotte, prendre un café avec lui après avoir posé les enfants à l’école. Les jours passaient avec une étonnante simplicité.

Quand il a commencé à perdre des capacités motrices, nous avons demandé le soutien d’une équipe d’infirmiers libéraux, puis d’une équipe de soins palliatifs. Nous nous sommes parfois demandé si nous serions capables de l’accompagner « jusqu’au ciel », comme il aimait le dire. Nous avons eu des moments de doute, mais à chaque fois nous avons gardé cette confiance folle et imprenable. Sa place était là, dans cette chambre donnant sur la rue et ouvertes aux rencontres aléatoires.

Quelques semaines avant sa mort, son état s’était fortement dégradé. Alité toute la journée et toute la nuit, il parvenait à peine à boire une soupe, un café. Mais son esprit restait toujours vif et lumineux. Il avait toujours une phrase, un geste, un sourire, pour balayer les pensées tristes. Et s’il n’y arrivait pas, j’appelais les enfants qui venaient jouer avec son déambulateur, chanter des chansons et lui redonner le sourire. Jusqu’à la fin, il porta une grande attention à la relation. Mais le plus impressionnant peut-être, c’était son absence totale de distraction et de divertissement. Pas de télé, pas de radio, pas de musique, et assez rapidement pas de lecture. Frère Antoine trouvait sa joie dans ce qui était à la portée de tous : le fil quotidien et continu d’une présence pauvre et dépouillée.

Les trois derniers jours avant sa mort, j’ai très peu dormi. Sa respiration était difficile pendant son sommeil, et il n’arrivait plus à soulever la tasse pour boire une gorgée d’eau. L’agonie commença le matin. Julie alla chercher nos enfants à la sortie de l’école pour les amener chez mes parents. La maison était silencieuse. Je partis me reposer quelques instants dans ma chambre, située juste au-dessus de la sienne, séparée par quelques lames de plancher. Je tendis l’oreille. Sa respiration devenait de plus en plus faible. Je redescendis auprès de lui. Il était calme. Plus de douleur, plus de gémissement, juste un souffle ténu comme la flamme d’une bougie. Il commença à faire des pauses respiratoires, courtes, et de plus en plus longues. Dans ces pauses, on aurait dit qu’il respirait ailleurs, dans une autre pièce invisible à l’œil nu. Son visage changea, ses yeux se creusèrent. Je récitais le Notre Père, un chant à Notre Dame. Une larme, une seule, coula sur sa joue. Sa respiration s’arrêta à nouveau. Elle ne recommencerait pas.

La mort est d’une simplicité incroyable. Un souffle qui commence. Un souffle qui s’arrête. Et la vie qui ne s’arrête pas.

Plus d'Infos :

- Article provenant du blog de Michel Sorin, datant du 31 août 2013:

Frère Antoine, mayennais d'origine,
ermite du Rocher de Roquebrune

Cet homme d’esprit sait vivre avec peu et se faire aimer

Roquebrune-aout-2013-011-T.jpgOn n’oublie pas une rencontre avec Frère Antoine chez lui, dans cette partie du Rocher* qu’il a squattée depuis 1966 et aménagée à son goût. Il sait accueillir simplement et gentiment, échanger des propos avec humour, raconter des anecdotes sur sa vie autant que des réflexions de fond.

Roquebrune-aout-2013-016-T.jpg

Le Rocher de Roquebrune (Var) est un amas de rochers rouges, isolé au milieu de la plaine où coule l’Argens, qui sépare les Maures et l’Estérel. Les Maures, massif cristallin aux formes très arrondies, recouvertes d’immenses forêts. L’Estérel, massif volcanique, avec ses falaises de couleur rouge. Lire la présentation qui est faite dans le livre « Roquebrune au fil du temps » 

J’avais pour ma visite une raison particulière : nous sommes originaires du même canton en Mayenne (Cossé-le-Vivien) et son nom, Louis Chauvel, m’avait fait penser à cette famille de Cuillé, près de La Guerche-de-Bretagne, qui a exercé des responsabilités électives (mairie, coopérative agricole, notamment). Louis, né en 1923, était le 11ème d’une famille paysanne de 12 enfants.

Sa vie a été racontée dans un livre « Le Paradis, c’est ici » (éditions du Châtelet) et des extraits significatifs ont été publiés dans Vie et spiritualité de Frère Antoine.

 

Voir aussi Frère Antoine (ermite) - Wikipédia et Ermite du rocher - Lengele.fr

- Vidéo réalisée par Jacques Bourgarel en 2016 :

- Durant cet entretien, Frère Antoine différencie clairement l'être humain de l'animal. Pas de quoi crier au spécisme pour autant dont voici cependant la définition :

Spécisme: n. m. du latin species (espèce). 
Idéologie qui postule une hiérarchie entre les espèces. 
La supériorité de l'être humain sur les animaux.
"
la lutte contre le spécisme, c'est l'extension du principe d'égalité au monde animal " 

Le petit Robert

Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.
Mardi 13 février 2018.

Mardi 13 février 2018.

Commenter cet article

J
Merci, cher Yann-Erick, pour cette étonnante et excellente interview de Frère Antoine. Il est hors norme à bien des aspects et je remercie de l'avoir rencontré pour notre plus grand plaisir et élévation intérieure aussi !
Répondre
I
Rencontre avec Martine Le Cam
Culturelle ( Conférence / Débat )

Samedi 7 décembre 2019 de 15h30 à 16h30.

Martine Le Cam, auteur de "Frère Antoine, ermite de l'ordre du jour" présentera son ouvrage au Café Perché de Gassin. L'occasion d'échanger avec l'auteure dans un endroit convivial.

Ancien moine cistercien, Frère Antoine est un ermite qui vécut dans une groote du rocher de Roquebrune-sur-Argens dans le Var pendant 51 ans. Il est aujourd'hui âgé de 96 ans. L'auteure vous parlera de sa vie et de son œuvre. Cet ouvrage abondamment illustré est le fruit de nombreux entretiens entre le moine et l'auteure. Celle-ci, fidèle habituée de la grotte retranscrit la philosophie et la spiritualité de Frère Antoine, que l'on découvre ici avec sa verve et son humour, ses chansons et ses poésies.
Répondre
G
Que les cons qui croient qu'un chien est l'égal d'un homme (un "humain", qu'il soit mâle ou femelle, jeune ou vieux) aillent se faire foutre ! Amen !
Répondre
Y
Je ne vois pourtant pas grande différence entre des chiens qui aboient devant une caravane qui passe et ce commentaire. Mais constate qu'effectivement les animaux (que certain considèrent juste "bêtes") ne sont pas nos égaux car ils n'ont heureusement pas tous nos travers humains, comme l'alcoolisme par exemple.
C
" Un homme qui a tué son père et sa mère est plus digne d'amour qu'un chien"

J'ai arrêté là tellement c'est primaire, cet homme aura besoin de se réincarner pour grandir.

Il est resté trop longtemps dans sa grotte à n'en pas douter.
Répondre
V
L'idée que certaines vies valent moins que d'autres est la racine de tout ce qui va mal dans le monde :https://www.facebook.com/l214.animaux/photos/a.395048019756/10157701509934757/?type=3&theater
L
Bonjour
ah bien y penser, votre commentaire me rapelle tous ces "gens" biens" que l'on trouve dans le milieux spirituels divers qui prêchent l'authenticité, où le mental utilise la spiritualité pour mieux mentir et tellement d'autres aspects déroutants..En tous cas quand on y croit plus, c'est à dire quand on vit, on laisse vivre, c'est cela après tout non?
Je n'ai jamais rencontré cet homme, en ai entendu parlé, et son propos est cohérent, son attitude dans cette vidéo ou d'autres aussi, il semble avoir beaucoup d'humour spirituel, avoir accepté. Il ne s'apple pas Saint Antoine, c'est juste l'expérience d'un homme et sa vie en Dieu, et forcément si l'on focalise sur les points faibles ( ce que vous semblez faire) on en trouvera. Les déçus de l'amour absolu pendant qu'il le cherche dans le relatif , cherchent à se hisser souvent au dessus du lot tout en se rabaissant....Celui qui voudrait un maître ou sage parfait sur mesure, devrait prendre une photo de l'un ou l'autre et lui faire dire ce qu'il veut entendre.. En effet ce frère Antoine, a l'aire d'assumer et de ne pas faire partie des "gens biens" (vous par exemple), donc il y en a pour tous les gouts. En tous cas pour ma part j'ai trouvé plein de bonté dans cet entretien, et ça fait pas de mal.
B
Ce soit-disant ermite (il ne l'était pas en réalité) était très désagréable avec un égo surdimensionné. Ses histoires inventées ne plairont qu'aux gogos naifs...

Archives

Articles récents